Histoire de SEM

Partager :

Genèse de l'économie mixte

Le concept de l'Economie Mixte, telle que nous le connaissons actuellement, est apparu en France pendant l'entre deux guerres pour répondre essentiellement à un besoin de logements sociaux. Deux secteurs ont été plus spécialement concernés : le logement et les services publics urbains, principalement de transports et d'énergie. Il s'agissait alors de faire face à la défaillance des promoteurs et des concessionnaires privés. Depuis, les Sociétés d'Economie Mixte se sont engagées activement dans l'aménagement du territoire. Ce sont des Sociétés Anonymes (SA) qui associent dans leur capital des Collectivités et des partenaires économiques et financiers publics ou privés.


 

Un secteur économique à part entière


On compte aujourd'hui plus de 1 200 entreprises publiques locales qui interviennent dans 4 grands secteurs : le développement économique des territoires (dont 150 environ agissant dans l'immobilier d'entreprise), la mobilité, les services à la personne, et l'environnement et les réseaux.
Elles sont 25 000 en Europe pour 1,6 millions de salariés et 280 milliards d'euros de chiffre d'affaires ; un secteur économique à part entière.


Premier plan : site DMC futur site Bull. Au fond, site Alstom dans les années 60

Invention des SEM immobilières

C'est dans les années 80 que se développement plus particulièrement les SEM patrimoniales. Des années qui ont vu de profondes mutations économiques, l'effondrement de pans entiers de l'économie traditionnelle (la sidérurgie, les chantiers navals...) ; dans le même temps l'implication accrue des collectivités par les lois de décentralisation dans l'action économique rejoint la demande des entreprises de disposer, au-delà des terrains aménagés, de bâtiments en location et de "services" pour être réactifs au marché ; une demande qui conduit à de nouvelles pratiques professionnelles des SEM, associant l'offre de terrains à celle de produits immobiliers.


Le parc Techn’hom réunit sur 110 hectares les anciens bâtiments Bull et Alstom.

Les SEM sont ainsi devenues depuis les années 1980 un outil privilégié de l'action économique des élus. C'est dans ce contexte que le projet de la Sempat (aujourd'hui TANDEM) est lancé à Belfort, à l'initiative du Conseil général du Territoire de Belfort et de la Ville de Belfort ; c'est la première SEM immobilière créée en France. Elle démarre avec un capital initial de 13 000 000 francs (1,9 millions d'euros) en novembre 1988. Dès 1993, la réalisation de l'opération « Belfort Technopole » est lancée par les collectivités locales en réponse à la fermeture de l'usine Bull ; le capital de la SEM est porté à 26 000 000 francs (3,8 millions d'euros) afin de permettre la reconversion du site industriel.

Emmanuel Macron rencontre les salariés de General Electric sur Techn’hom en mai 2015

Les SEM au service de l'emploi et du développement économique local

En France, le début du XXIème siècle restera placé sous le signe de la "bataille pour l'emploi" et l'implication des SEM, aux côtés des collectivités locales, dans l'action économique se poursuivra par la reconversion de sites industriels. Mulhouse, Caen, Grenoble et Belfort, où la Sempat qui a terminé la reconversion du site Bull lance en 2005 le programme Techn'hom ; une très grande action de requalification du Technopole et de son site voisin Alstom, en créant des offres de services tels que crèches, restaurant d'entreprise etc. dans une démarche de qualité environnementale ; un projet « au service de l'emploi » que soutiendront l'ensemble des collectivités locales mais aussi l'Etat et l'Europe.


Sur le parc La Jonxion : la gare TGV Belfort Montbéliard et l’immeuble Jonxion 1Les années 2000 seront davantage marquées par les effets de la « 3ème révolution urbaine » qui définit les principes d'un nouvel urbanisme et le passage de la planification urbaine au management stratégique urbain. Gérer l'incertain, s'engager dans une démarche de "plan- guide" plutôt que de plan – masse, pour passer à l'acte sur des projets à mener sur la durée, tenir compte des opportunités du court terme, sans pour autant renoncer aux objectifs du long terme, conjuguer les différentes échelles de temps et de territoires sont ainsi maintenant intégrés dans la démarche de nombreuses SEM. C'est ainsi qu'en 2011, saisissant l'opportunité de l'arrivée de la LGV, la Sempat (aujourd'hui Tandem) propose la création d'un programme immobilier tertiaire sur le site de la Gare TGV Belfort Montbéliard. Anticipant sur le marché, appuyée par ses actionnaires publics et privés dont la Caisse des dépôts et la Caisse d'Epargne, un premier programme de 20 000 m² est livré en 2014. Il augure la création à terme d'un nouveau quartier d'affaires sur ce site situé entre les deux agglomérations de Belfort et Montbéliard, et justement baptisé ... La Jonxion.

En 2015, pour faire face aux évolutions forte de son environnement et soutenir la commercialisation de Techn'hom comme de la Jonxion, la Sempat change de nom et devient TANDEM.


Sources :

  • Histoire des EPL. Site Fédération des entreprises publiques locales - www.lesepl.fr
  • DA ROLD, Jacques : « Les sociétés d'économie mixte locales : acteurs et témoins des politiques urbaines et territoriales. " Quelle légitimité entre Partenariat Public Privé et Entreprise Publique Locale ? – 2008 - Université Michel de Montaigne – Bordeaux III
  • Communauté d'agglomération belfortaine : rapport au conseil communautaire du 15 décembre 2005 : Techn'hom : un projet pour l'emploi
  • Mairie de Belfort : extrait du registre des délibérations du Conseil municipal du 7 juillet 1988 : création d'une société d'économie mixte patrimoniale
  • Conseil général du Territoire de Belfort : Rapport au Conseil général du 7 mai 1993 – augmentation du capital de la société d'économie mixte patrimoniale du Territoire de Belfort (SEMPAT)
  • SCET-sodeb : rapport «Immobilier économique, projet de construction d'une sem départementale » – Belfort 2 mars 1988
  • Conseil Départemental du Territoire de Belfort : Rapport au Conseil général du 24 novembre 2014 : quel avenir pour le pôle métropolitain Belfort-Héricourt-Montbéliard-Delle ?